Mode Mineur, une création du duo Vaillant Malavergne

telephonemineurdefLe Duo Vaillant-Malavergne se réclame volontiers de la musique populaire .

C’est affaire d’appartenance, de bagage, de registres d’expression.

C’est aussi que dans l’exercice du métier comme dans les contenus artistiques, la fidélité à la culture populaire et le rapport au passé sont des questions centrales.

Ainsi, ils cultivent les modestes aspérités où s’agripper pour résister au grand lessivage.

En musique.

 

Un concert du Duo à Gardanne prit une tournure fort plaisante grâce à une personne de l’auditoire qui exprimait son adhésion et sa complicité de façon très expansive et spontanée. Il s’agissait d’un ancien mineur (de Carmaux puis de Gardanne).

Daniel est fils de mineur, et enfant musical des « Joyeux Mineurs de La Grand-Combe », métissage de fanfare ouvrière et de groupe folklorique provençal.

Entre autres, les lectures de George Orwell (Le quai de Wigan), et de Pier-Paolo Pasolini viennent éclairer la réflexion.

 

Création à Gardanne le 6 décembre, après une semaine de résidence en novembre, occasion de nombreuses rencontres avec la mémoire minière de Gardanne, et d’une autre session de résidence en décembre.

En partenariat avec la Médiathèque de Gardanne, avec le soutien de la Région PACA et de la DRAC PACA.

Le Velo Quartet & le ciné-concert la Antenna à Prades

 

Patrick VAILLANT : mandoline électrique
Daniel MALAVERGNE : tuba
Frédéric CAVALLIN : batterie, percussions
Marek KASTELNIK : piano

 

 

Dans une ville imaginaire, hors du temps, les habitants sont privés de leur voix. S’exprimant par la seule visibilité des mots, ils n’ont que la télévision pour distraction. Le dictateur Mr. TV décide d’étendre son pouvoir en leur supprimant les mots. C’est sans compter l’existence, à l’intérieur de la ville, d’un petit garçon et de sa mère, encore pourvus d’une «voix». Autour du cinéma et de la bande-dessinée, cette fable rencontre notre monde contemporain, entre instrumentalisation de l’individu, censure et résistance. Le Vélo Quartet s’approprie l’espace d’expression musicale pour donner au cinéma une dimension de spectacle vivant. Le scénario, la narration et les cadrages deviennent partition, entre écriture et improvisation. La musique renouvelle les repères sensitifs du spectateur : le cinéma pour l’oreille, la musique pour les yeux.

 

 

RETROUVEZ TOUTES LES INFORMATIONS SUR LE CONCERT  SUR LA PAGE « PROCHAINS CONCERTS »

 

Mandopolis Festival : Söndörgö

Söndörgö joue la musique des minorités serbo-croates de Hongrie. Les cinq jeunes musiciens sont d’étonnants multi-instrumentistes, mais sont d’abord des virtuoses de l’emblématique tambura, cette cousine balkanique de la mandoline.

Leur musique, délicate et bondissante, est délivrée avec une générosité irrésistible.

Avec David Eredics, Aron Eredics, Benjamin Eredics, Attila Buzas, Salamon Eredics

Samedi 5 juillet 2014, 21h30, Place de l’Eglise

sondorgo_tamburocket_flyer_visual

Mandopolis Festival : Musique Hindoustanie

Samedi 5 juillet, 18h, Chapelle des Pénitents

Concert – musique hindoustanie

Sougata Roy Chowdhury (sarod) et Nabankur Bhattacharya (tablas)

Membre prestigieux de l’immense famille des instruments à plectre, le sarod est un des instruments de premier plan de la musique hindoustanie, comme la percussion qui l’accompagne, les tablas.

Raffinée et captivante, la musique classique d’Inde du Nord est ici servie par deux grands solistes.Babui_Sarode Pinkunarbonne

Mandopolis Festival : Ciné-Concert en ouverture…

Une famille résiste à la dictature de Mr TV, qui asservit la population par l’image, et la réduit au mutisme. En forme de fable, ce film singulier est à la croisée du muet et du parlant, du cinéma et de la BD.
Le Vélo Quartet joue en direct, dosant écriture inspirée et art de l’improvisation.

La_Antena001
LE FILM
La Antena
Version française : ‘Télépolis’
Réalisé par Esteban Sapir
Argentine / 2007
Durée : 1h35

 

Les musiciens

Patrick Vaillant Mandoline
Daniel Malavergne Tuba
Frédéric Cavallin Batterie,Percussions
Marek Kastelnik Piano

avec les voix dem1500
Aïda Sanchez  : la mère
Christelle Boizanté  : l’enfant

Idée originale / Production / Diffusion :  Simon Even

 

A propos du film :

Dans une ville imaginaire, hors du temps, les habitants sont privés de leur voix. S’exprimant par la seule visibilité des mots, ils n’ont que la télévision pour distraction. Le dictateur Mr. TV décide d’étendre son pouvoir en leur supprimant les mots. C’est sans compter l’existence, à l’intérieur de la ville, d’un petit garçon et de sa mère, encore pourvus d’une «voix». Autour du cinéma et de la bande-dessinée, cette fable rencontre notre monde contemporain, entre instrumentalisation de l’individu, censure et résistance.

 

 

Vendredi 4 juillet, 21h, salle des Fêtes, en partenariat avec l’association « Souvenance de Cinéphiles ».